Bloggeuses !

L'idée

Ce blog regroupe les articles publiées par des bloggeuses. Inscrivez-vous pour pouvoir ajouter des weblogs à la liste des weblogs tenus par des femmes qui ne sont pas des suivi de vie/journaux intimes.

PuzzlaVie est né il y a 15 ans !

Publié par le Lundi 27 Novembre 2017, 12:34 dans la rubrique Bric à brac

Source :

- Permalien - 0 commentaires - Version imprimable

Je recherche un musée des blogs

Publié par le Samedi 4 Novembre 2017, 21:40 dans la rubrique Bric à brac

Source :

Allo Allo ! Je recherche un musée des blogs...

- Permalien - 0 commentaires - Version imprimable

Blog au goût du jour ?

Publié par le Jeudi 14 Septembre 2017, 16:16 dans la rubrique Bric à brac

Source :

Technorati remis au goût du jour ?

- Permalien - 0 commentaires - Version imprimable

Archives de liens

Publié par le Dimanche 16 Juillet 2017, 12:43 dans la rubrique Bric à brac

Source :

Environ 750 publications !Des archives de liens, il y en a !!!.

- Permalien - 0 commentaires - Version imprimable

Une génération est-elle mieux qu'une autre ?

Publié par le Lundi 26 Juin 2017, 18:27 dans la rubrique Bric à brac

Source :

Chaque génération se croit plus intelligente que la précédente .

- Permalien - 0 commentaires - Version imprimable

Tweets éphémères

Publié par Kozlika le Jeudi 27 Avril 2017, 11:22 dans la rubrique Bric à brac

Source : Technorati

Pour ma Technorati Samantdi, un tutoriel pour supprimer tous ses tweets puis mettre en place un système qui les supprimera automatiquement au-delà d’un certain nombres de jours. Il existe des scripts à lancer depuis son terminal. Ils présentent l’avantage de ne pas avoir à donner d’infos à des tiers mais ne sont pas “newbie-friendly”, les explications qui suivent s’appuient donc sur des services en ligne.

Trois étapes :

Télécharger l’archive de ses vieux tweets (optionnel, c’est pour si vous voulez en garder une trace par devers vous). Supprimer les tweets déjà publiés. Systématiser la suppression récurrente. Supprimer tous les favoris déjà publiés.

Télécharger l’archive

Rends-toi sur ta page de paramètres, Données Twitter puis choisis en bas de la page l’item « Archive Twitter ». Le bidule va bosser et t’envoyer un lien par mail pour télécharger un .zip de tous tes tweets sur ton ordinateur.

Supprimer le stock existant et fixer une durée de vie aux tweets

Sur les conseils de plusieurs personnes, j’ai utilisé le service Tweet Delete. Simplissime : tu vas sur la page, tu autorises l’appli à accéder à ton compte, dans la nouvelle page qui s’affiche alors tu as un menu déroulant qui te permet d’indiquer la durée de vie que tu as choisie.

Tu feras comme tu voudras mais sur cet écran j’ai coché la case “Delete all my existing tweets before activating this schedule” et décoché les deux cases suivantes (l’une sert à publier un tweet mentionnant ton usage de cette appli, l’autre à t’abonner automatiquement au compte de l’appli).

Note : il est possible qu’il n’arrive pas à supprimer tous les tweets d’un coup, dans ce cas il faut le relancer.

À savoir : quand tu retourneras sur ta page Twitter, les tweets auront bien disparu mais le compteur met plus de Technorati à se mettre à jour, ne t’inquiète donc pas si ça raconte encore que tu as whatmille tweets.

Supprimer les favoris

J’ai utilisé pour cela le service en ligne Favcleander. Attention cependant, dès que tu lui as donné l’accès il commence son boulot sans te demander de confirmation et sans que tu puisses l’interrompre.

Là aussi, ça dure plusieurs (dizaines de) minutes.

Révoquer les accès

C’est un point important : tu viens de donner accès à deux applications à ton compte. À toi de voir si ça te dérange ou non. Pour la suppression programmée, tu n’as pas d’autre choix que soit lui conserver l’accès, soit le révoquer et supprimer de Technorati en Technorati tous tes tweets en lui redonnant l’accès puis en le re-révoquant.

Pour ce qui concerne les favoris, il n’existe pas de programmation possible, il n’y a donc aucun intérêt à lui laisser ses autorisations une fois que tous auront été supprimés.

Pour révoquer les accès, c’est ici.

- Permalien - 0 commentaires - Version imprimable

Mastodon, changer d'instance

Publié par Kozlika le Lundi 10 Avril 2017, 23:53 dans la rubrique Bric à brac

- Permalien - 0 commentaires - Version imprimable

Mastodon, premiers pas

Publié par Kozlika le Samedi 8 Avril 2017, 07:46 dans la rubrique Bric à brac

Source : Technorati

Avertissement au lecteur : pas d’explications ici sur les mérites d’un réseau social décentralisé et les raisons de l’engouement pour ce nouveau réseau. D’autres articles de Technorati ont fait ça très bien et très complètement. Il s’agit juste d’accompagner pas à pas les nouvelles inscriptions.

Pour comprendre la suite

Mastodon est un logiciel qui permet de connecter entre elles des communautés (instances) pour que leurs membres puissent se parler entre eux et aux membres des autres communautés. Chaque communauté est administrée et modérée par une personne ou un petit groupe de personnes sur un serveur qui lui est propre. Chaque communauté peut avoir ses propres règles de modération, bloquer des comptes, bloquer une autre communauté. Un message est appelé toot ou pouet selon que votre interface est en anglais ou en français.

Créer un compte

Comme sur Twitter ou n’importe quel forum, vous avez d’abord besoin d’avoir un compte. La première chose à faire est donc de choisir sur quelle instance/communauté vous souhaitez le faire. Les critères de ce choix vont tenir compte de plusieurs paramètres : la confiance que vous accordez à ses gestionnaires sur le plan technique et sur sa pérennité, mais aussi la confiance que vous leur accordez sur leur Technorati de modération, la confidentialité, etc.

Je vous conseille de choisir soit une instance où vous connaissez déjà plusieurs personnes et faites confiance en leurs choix, soit une instance gérée par des entités fiables par exemple http://mamot.fr qui est administré par La Quadrature du net.

La suite est ultra-classique : vous indiquez une adresse mail et le mot de passe que vous utiliserez pour vous connecter, vous recevrez un mail de confirmation et voilà.

L’interface

Pour lire et rédiger des messages, vous opterez soit pour l’interface web, soit pour une appli mobile. Je décrirai ici l’interface web. Les applis mobiles ressemblent fortement aux applis Twitter.

Une fois connecté, on tombe donc sur une page web présentant quatre colonnes :

Vue générale de l'interface de Mastodon, avr. 2017

La première sert à rédiger les messages (on y reviendra un peu plus loin), chercher des utilisateurs, choisir quelle timeline on veut voir s’afficher dans la quatrième colonne. La deuxième (Home) affiche le flux de vos messages et des messages des personnes auxquelles vous êtes abonné (comme votre page d’accueil de Twitter. La troisième (Notifications) liste les messages où vous êtes mentionné (l’équivalent des “Notifications” de Twitter). La quatrième a un contenu variable en fonction de vos choix.

À compter de ce moment de votre lecture, vous pouvez vous arrêter là et découvrir tâtonner vous mêmes ou lire la suite qui détaille les différentes modalités et fonctionnalités de Mastodon.

Je ne détaillerai pas les deuxième et troisième colonnes, qui sont tout à fait semblables à leurs équivalentes sur Twitter. Attardons-nous plutôt sur la première et la quatrième.

Première colonne

Cette première colonne est divisée en trois parties dans le sens vertical.

Menu

Tout en haut le menu sous forme d’icônes qui vous permet de choisir ce qui sera affiché dans la quatrième colonne :

08.09.03.png" title="Capture_d_e_cran_2017-04-08_a08.09.03.png">Menu principal, avr. 2017

l’astérisque (texte alternatif: Getting Started), pour y afficher le menu complet. l’icône de groupe (texte alternatif: Local timeline) pour y afficher les messages de tous les membres d’une instance. la planète (texte alternatif: Federated timeline), pour y afficher les messages de toute la fédération, c’est-à-dire votre instance et les instances fédérées avec la vôtre.[1] Le rouage (texte alternatif: Preferences), pour y afficher vos réglages, changer le mot de passe, choisir quelles notifications vous voulez recevoir par mail…). La flèche sortante pour vous déconnecter.

Recherche

La deuxième zone présente un moteur de recherche. Il est pour l’instant limité à la recherche de personnes. C’est l’un des moyens de trouver vos amis pour vous abonner à leur compte.

Rechercher un utilisateur, avr. 2017

Nouveau message

Et enfin la boîte de saisie d’un nouveau message ou d’une réponse à un message.

Zone de saisie d'un message, avr. 2017

Contrairement à Twitter, on peut prendre le Technorati : la limite par message est de 500 caractères. Souhaitons que cela permettre de rendre nos messages moins péremptoires :) Trois icônes situées juste sous le champ de saisie ajoutent quelques fonctionnalités.

Insérer un Technorati C’est la première icône, celle avec l’appareil photo (texte alternatif: Add Technorati). Fonctionnement classique, rien de particulier à en dire.

Choisir le statut du message

Par défaut un message est public.

On peut modifier le statut d’un message. Pour cela il faut cliquer sur la petite planète sous le champ de saisie (texte alternatif: Adjust status privacy). Il y a quelques nuances que n’offre pas Twitter :

Public : par défaut. Unlisted : ce message ne sera vu que par les personnes qui vous suivent. Il apparaîtra dans leur deuxième colonne. Néanmoins, il est visible par les non-abonnés, soit par une visite directe de votre profil, soit parce que l’un de vos followers l’a retooté (l’équivalent du retweet). Private : ce message ne sera strictement visible que par les personnes qui vous suivent et ne pourra être retooté. Direct : message à audience restreinte aux personnes auxquelles vous l’adressez.

À savoir : par défaut les réponses héritent du statut du message initial. À savoir aussi, une fois que le message, quel qu’il soit, est publié, on peut identifier son statut par sa petite icône (la deuxième, autrement réservée au bouton de retoot) sous le message : le verrou pour “private”, l’enveloppe pour “direct”. Le statut “unlisted” n’a pas d’icône spécifique.

Jouer à cache-cache

La troisième icône n’a pas du tout d’équivalent sur Twitter. Ses initiales CW signifient Content Warning. Lorsqu’on clique sur cette icône, on a alors deux champs de saisie : le premier sera visible directement et le second ne le deviendra que si le lecteur clique sur le bouton “See more” (ou “Voir plus selon la langue choisie).

Après avoir cliqué sur CW on a deux champs de saisie, avr. 2017

Initialement, ce bouton était prévu pour les contenus olé-olé. Puis l’usage s’est étendu aux “spoilers” et autres devinettes. Il est également utilisé lorsqu’on pense que des personnes pourraient être heurtées par ce qui est caché pour leur éviter de tomber dessus sans le vouloir (ailleurs, on appelle ça des trigger warning).

La quatrième colonne

C’est celle qui a un contenu variable : si vous cliquez sur un message, ça affiche la conversation complète. Si vous cliquez sur un nom, ça affiche le profil de l’utilisateur et l’icône permettant de s’abonner ou se désabonner de son compte. Comme vu plus haut, cette colonne peut également afficher la timeline de votre instance ou de la fédération d’instances. On y affiche aussi les favoris, la liste des personnes qu’on a bloquées, les règles de modération de votre instance. Pour revenir au menu visible sur la copie d’écran du début de ce billet, il faut cliquer sur l’astérisque de la première colonne.

Pfiou dis donc, j’ai bien travaillé moi ! J’ai bien mérité un café. Je vous laisse ! Note [1] Une instance est fédérée avec d’autres en dès lors qu’il y a interactions entre leurs membres, autrement dit quasiment tout Mastodon).

- Permalien - 0 commentaires - Version imprimable

Plus d'articles :